> Le webcomics sans patch Day1

Théorie des nombres

Théorie des nombres
Pierre
Aucun commentaire
Il est assez facile de se moquer de Microsoft et de son annonce de Windows 10. Après tout du nom qui saute un numéro pour de mystérieuses raisons jusqu’à la présentation du copier/coller de l’invite de commande en feature principale en passant par la coupe de cheveux de Joe Belfiore, rien dans le nouveau Windows ne semble effectivement à même de décoiffer les grand-mères.

Même les publications qui se veulent sérieuses n’ont pas hésité une seconde à dénoncer un retour vers Windows 7 qui sent fort la naphtaline.

Pourtant pour une entreprise de cette taille et avec l’inertie qu’elle engendre, l’idée de rebasculer sur un OS familier, plutôt que de forcer le mouvement vers l’interface 8/8.1 n’a pas du être effectuée en un claquement de doigts. Et ce, même si ce genre de revirement piloté par les utilisateurs plus que par des ingénieurs perdus dans leurs fantasmes pourrait très bien se révéler l’un des mouvements les plus importants pour le Microsoft des années 2015+.

En unifiant Windows sur tous les supports, Microsoft réalise ce que ni Apple, ni Google n’ont encore réussi : offrir une expérience utilisateur qui ne se contente pas de se ressembler ou de partager un certain nombre de marques, une charte graphique et quelques données, mais d’être vraiment complète.

Il y a quelques années, alors que les iPhones étaient en plein boom, la Fnac utilisait comme argument de vente de macbooks et de macs, le fait que quiconque se sert d’un iPhone sait déjà se servir de MacOS. Ce qui est une sombre connerie quand on sait que l’interface utilisateur, les applis, les commandes et les paramètres généraux ne se comportent pas de la même manière.
Google également a bien du mal à unifier son écosystème avec deux OS bien distincts, android et Chrome OS, eux-mêmes segmentés en différentes versions, différentes interfaces, différents moyens de contrôle.

Le rêve de Microsoft avec Windows 10 est de proposer une expérience continue. Exit les Windows X, Windows RT, Windows Phone, que l’utilisateur soit sur un ordinateur, un serveur, une tablette, un téléphone portable, une console de jeu en donnant aux développeurs des outils permettant un développement global.
Si tout cela fonctionne correctement on pourrait aboutir à un Microsoft store qui serait une base unique pour acheter des applis, ses medias, ses jeux sous forme globale. Acheter Photoshop pourrait donner accès à la version PC et tablette en un seul groupe. Télécharger VLC pourrait offrir un player unique offrant les mêmes fonctionnalités et partageant la même bibliothèque sur sa télé comme son mobile.

En ce qui concerne le gaming pure, Microsoft a toutes les cartes en main pour concurrencer de manière sérieuse Steam et le Google Play, en offrant une fusion des jeux indés ID@xbox, du Xbox live traditionnel, de feu Games for Windows Live et du store Windows phone actuel.
Et si des boites ne sont pas trop à la masse, on pourrait voir débarquer des bundles logiques comme Dead Rising 3 PC + Dead Rising 3 Xbox + le companion App Dead Rising en un achat.

Enfin, tout ça c’est dans la théorie, n’ayons pas de doute que d’ici à ce que Windows 10 soit disponible, Microsoft aura trouvé moyen d’annoncer et d’annuler une dizaine de nouvelles features en tout genre. Un pas en avant...

Aucun commentaire