> Le webcomics en presk-nesk-gen

Bouleversements impromptus

Bouleversements impromptus
Pierre
1 commentaire
Un mois et demi après sa sortie, Halo the Master Chief Collection est toujours une sordide affaire. Oh il y a eu des tas d’améliorations hein, on est assez loin de l’état d’injouabilité de la sortie mais tout de même à l’heure actuelle le matchmaking n’est pas optimal et livre des teams inadéquates, rejoindre et garder un groupe d’ami est une entreprise hasardeuse, il convient de serrer les fesses pour ne pas se faire éjecter au démarrage, les serveurs dédiés cèdent encore trop souvent leur place à du bon vieux peer to peer dégueulasse, les classements ne sont disponibles que pour une seule des 12 playlists, la plupart des maps sont injustement délaissées et des modes idiots et mal paramétrés sont légions.

Bref, on est encore loin de pouvoir jouer de manière aussi pratique qu’en 2004.

343 Industries fait amende honorable en ajoutant du contenu au jeu. Je ne parle bien évidemment pas des très risibles avatars, plaque de pseudo ou du mois de live offert à des gens qui ont de toute manière un compte xbox live annuel. Mais bien d’ajouts au jeu qui a déjà du mal à faire avec ce qu’il a à offrir jusqu’à présent.
Les Spartan Ops de Halo 4 feront donc leur arrivée cette semaine, alors que la campagne d’Halo 3 ODST est en cours de portage et la map Relic aura droit à son remake anniversary, le tout gratuit pour quiconque ayant effectué une partie entre la sortie et le 19 Décembre.

C’est bien beau tout ça et j’imagine qu’on est en chemin pour une lente guérison et un long processus de reprise de confiance avec le studio qui… Ho attendez une seconde, c’est qu’il y a Halo 5 à vendre aussi. Allez faites péter la bêta !

Et bêta ils firent péter d’abord en comité restreint, puis à tous les joueurs de la MCC à partir de la semaine prochaine.
Difficile de ne pas tâter des nouveaux combats en ligne sans avoir un goût amer quand on voit que la bêta est déjà bien plus polishée que la MCC, m’enfin bref, on se laisse prendre au jeu et on se prend surtout une grosse claque dans la gueule.

Halo 5 pourrait s’appeler Halo 2015, alors que tous les Halos ont plus ou moins eu à cœur de se distinguer de l’inertie de char du premier jeu, on a ici l’épisode qui emprunte le plus aux fast-FPS modernes façon Call of Duty.
Tout semble ultra nerveux, ultra rapide. Grenades, Coups de crosse, visée/zoom, sprint, tout doit être accessible tout le temps ce qui donne un mapping de pad complètement différent de ce à quoi la série a habitué pendant 12 ans. Et en bon vieux lourdingue étroit d’esprit j’ai un mal fou à m’y faire.

Je veux dire, je comprends les raisons qui ont poussé l’équipe à remettre en cause la jouabilité, il s’agit de donner aux joueurs les moyens d’être réactifs en toutes situations (et je soupçonne aussi un peu de vouloir courtiser le joueur de CoD).

Mais ce coup de crosse avait aussi un sens kinesthétique : on tire avec l’indexe sur la gâchette, mais on donne un coup en écrasant un bouton.

Le véritable problème étant qu’Halo 5 ne pardonne pas la moindre hésitation, la vie a été réduite drastiquement et chaque affrontement ne dure qu’une poignée de secondes, impossible de retourner une situation lorsque l’on est pas le premier à engager le combat. Difficile de trouver un grand intérêt à des propulseurs censés nous mettre plus rapidement à couvert quand on ne peut au final rien faire pour inverser la tendance.

Et difficile aussi de considérer ce qui fait de Halo 5 un shooter fondamentalement différent du reste de l’offre actuelle avec ses soldats du future équipés de jet packs comme dans Call of Duty ou Titanfall.

Faire entrer le jeu dans une époque moderne est une bonne chose, le faire aux dépends de l’identité du jeu et de son gameplay unique, pas vraiment. Et là aucun patch post-release ne changera la donne.





Commentaires