> Le webcomics qui a une conception vague de lundi et jeudi

Idiocracy

Idiocracy
Pierre
1 commentaire
Encore un cas un peu gênant où j’aimerais pouvoir dire qu’on a poussé le bouchon un peu loin avec une histoire ridicule pour la BD.
Il n’en est rien : Jeremy Hillman est tout sauf un gros blagueur. Directeur de Communication à la Banque Mondiale, c’est un homme de convictions plus qu’un père de famille attentif. Et sa conviction du moment c’est qu’il n’est certainement pas coupable de son comportement idiot et des conneries de son rejeton.

Il avoue sur son blog avoir enregistré sa carte bleue dans le compte Xbox Live de son fils de 13 ans, sans mettre en place de code de sécurité et en liant le compte à l’adresse email de son fils.
Puis pendant plusieurs mois, il n’a pas vérifié l’état de son compte en banque (que l’on imagine suffisamment garni pour que 4500 dollars puissent s’évanouir dans la nature sans que ça ne provoque le moindre émoi), ni l’état de son fils visiblement qui continuait d’acheter en boucle des packs de joueurs à plus de cent dollars sur FIFA.

Mais ce double fail d’éducation et de sécurité bancaire élémentaire ne lui fait pas perdre une seule seconde de vue le réel méchant de toute cette histoire : Microsoft.

Microsoft qu’il accuse de n’avoir pas détecté que le compte principal de la console était détenu par un gosse de 13 ans (oui, mais voilà, la carte bleue, elle était celle d’un adulte) au lieu de plafonner de manière raisonnable. Mais qu’est-ce qu’une limite raisonnable pour un enfant de 13 ans ? 10€ ? 20€ ? 60€ pour un jeu neuf ?
Et d’ailleurs est-ce que tous les enfants de 13 ans se valent ? Quid des enfants de directeurs de la Banque Mondiale ? Qui peut dire que 5000 balles n’est pas un bon chiffre dans ces cas là ?

Hillman juge le système Xbox défailant puisque contrairement à Apple, il ne requiert pas de mot de passe avant achat. Sauf que ce que le bon Jeremy oublie dans son analyse c’est que dans le cadre de la Xbox, il a laissé son fils avoir un compte principal, ce qui revient à entrer sa carte de crédit dans le compte Apple de son fils.

Alors que la vaste majorité des internautes ont eu vite fait de lui démontrer à quel point il est fautif et à quel point son article est d’une débilité édifiante, Hillman s’est fendu d’une petite note expliquant que oui mais non mais en fait il veut aider les autres parents en partageant son expérience.

Sauf qu’il ne préconise pas de sensibiliser les parents. Il ne milite pas pour une information plus claire ou des campagnes massives pour attirer l’attention des parents idiots. Il encourage les autres abrutis dans son genre à intenter une class action contre Microsoft.

Bref, sans comprendre l’ironie de ses propos Hillman est entièrement coupable de s’en foutre. Coupable de se foutre de qui a accès à sa carte bleue, coupable de se foutre des options de gestion de comptes de la xbox one, coupable de se foutre de la possibilité de créer une clé de sécurité et de mettre en place un contrôle parental, coupable de se foutre de son propre compte en banque et surtout coupable de se foutre du rapport de son fils à l’argent et de ses activités nocturnes.

Sans doute parce qu’il ne voit la console de jeu de son fils comme un gros jouet inoffensif. Peut être parce qu’il pense que les jeux vidéo n’ont pas de raison d’avoir de contenu additionnel payant lorsqu’ils sont déjà facturés 60$.
Et aussi parce que c’est du jeu vidéo et qu’on va pas pousser, faudrait pas trop réfléchir à ce qui va se passer.
Comme quoi Microsoft, Sony & co ont encore du chemin à faire avant d’imposer leurs consoles comme centres multimédia par défaut du père de famille branché.

Le brave monsieur sera donc ravi d’apprendre que pendant qu’il a puni son fils et en attendant que Microsoft ne soit condamné par un tribunal de commerce, il peut toujours orienter son fils vers Steam qui vient de mettre en place un filet de sécurité. Désormais, vous avez 14 jours pour demander le remboursement d’un achat... à condition de ne pas le réaliser.

Décidément, les avocats de Valve sont encore plus forts que les directeurs de la Banque Mondiale !

Commentaires