> Le Blog BD où le vent ne souffle jamais

C'était mieux avant !

C'était mieux avant !
Pierre
5 commentaires
Pour la deuxième fois, je vais utiliser un billet pour participer au Top Five Game Addict lancé par Alex-Effect et ayant ce mois-ci pour thème « C’était Mieux Avant ». Pourquoi ? Parce que râler sur l’industrie du jeu c’est un peu la raison d’être de Next-Gêne et parce que je l’aime bien ce thème.
Je veux dire : c’était vraiment mieux avant non ?
Dans cinq domaines au moins.

5 - Le prix des jeux.

Franchement, vous trouvez pas ça un peu scandaleux, le prix des jeux aujourd’hui ? C’est quand même abusé comme on nous refourgue toujours notre came à 70€, année après année. Je veux dire depuis le temps qu’on achète les jeux, les prix devraient bien baisser, c’est mathématique. Alors que non ! Ils ne font que d’augmenter, c’est bien la preuve que tout ça, c’est géré par des sociétés matérialistes qui ne pensent qu’à l’argent. Alors les éditeurs essayent de nous faire croire que les graphismes améliorés, les niveaux plus grands, les IA plus poussées et les modes en ligne plus pleins ça prend plus de temps et plus de développeurs et que les coûts de développement explosent comme jamais, mais au final est-ce que ça nous concerne nous, les joueurs ? Non on les a pas forcé.
Alors d’accord, peut-être que j’ai jamais acheté un jeu à 70€ parce que je les prend bradés sur Amazon ou Steam quand j’arrive pas à les gratter à un attaché de presse, mais quand même on se fait enfler avec cette histoire d’euros, c’est sûr. Quand j’ai acheté Star Wars : Shadow of the Empire à Noël 96 sur N64, c’était mieux, c’était 450 francs la cartouche, donc certainement pas aussi cher que ces 70€ pas vrai ?
Et surtout Shadow of the Empire il n’avait pas de…


4 - DLCs.

Parce que les DLCs c’est la mort de l’art. L’entubage total, la preuve ultime que les éditeurs sont une bande de mecs en costards qui passent leurs journées à compter leus billets. Non seulement on paye déjà les jeux 70€, mais EN PLUS il faut payer des DLCs pour avoir le jeu complet ! Avec des Season Pass exorbitants à 40, voire 50€ comme Battlefront ! Imaginez : c’est comme s’il fallait payer plus cher pour avoir des portières en plus sur une bagnole par rapport au modèle de base et qu’on vous disait en plus que vous pouvez payer à nouveau pour avoir une remorque. Non monsieur, si les concepteurs ont pensé à une version 5 portes et à une remorque avant la sortie de la voiture, alors je devrais les avoir gratuitement, point barre.
Et encore une fois, n’écoutez pas les éditeurs qui vont vous dire que le cycle de développement est de plus en plus long et qu’il est préférable d’occuper les artistes à faire du contenu supplémentaire entre deux projets plutôt que de les licencier salement ou les laisser croupir dans les limbes du studio.
Et n’écoutez surtout pas les aigris qui vous diront qu’on n’est pas obligé d’acheter du DLC : évidemment qu’on est obligé d’acheter les DLCs ! Sur MGS 3 on avait tous les costumes dans le jeu, c’était mieux. Alors qu’est-ce qu’on va faire sans la nouvelle armure pour le poney de MGS ? L’expérience toute entière serait ruinée !
Enfin, ça c’est si l’expérience est pas déjà ruinée par…


3 - Les Patchs.

Non parce que ça c’est un peu le comble du comble du pire des jeux modernes. T’achètes ton jeu, tu arrives chez toi, tu le mets dans ta console, et là non seulement il faut l’INSTALLER, comme sur un PC quoi, mais EN PLUS, il faut télécharger le PATCH DAY-ONE !
Parfois plusieurs gigas de données qui coûteraient vachement cher si on payait l’internet au volume téléchargé et qui surtout nous font perdre un temps précieux ! Je veux dire, merde, c’est vraiment si compliqué que ça de terminer un jeu proprement ? Avant on n’avait pas de patch day-one et c’était parfait. Halo 5 par exemple a un patch day-one de 9Go ! NEUF GIGA OCTETS ! Alors que le premier Halo n’avait pas de patch day one tout court. Bon, ok, les sauts buggués dans la version Européenne n’ont jamais été corrigés, de même que Soul Calibur 3 ou la démo de Viewtiful Joe 2 qui se prenaient à effacer les memory cards des utilisateurs. Mais bon le risque aussi ça faisait parti de la beauté des jeux offline.
Et c’est pas une raison pour succomber aux sirènes des…


2 - Jeux dématérialisés.

Parce que là aussi il y a beaucoup d’esbroufe je trouve. On nous avait promis des jeux moins chers, et OK, Steam, Sony et Microsoft ont tendance à brader. On nous avait promis des jeux accessibles à toute heure du jour ou de la nuit et même le weekend quand les boutiques sont fermées, et OK ça marche bien. On nous avait promis des jeux ré-installables à volonté, sur la machine de son choix sans dépendre d’un disque qu’on a perdu on ne sait où et, OK, c’est plutôt pratique. On nous avait promis des jeux aux temps de chargement moins longuets parce que les accès disque dur sont plus rapide que les accès DVD et OK ça rend les choses bien plus rapides, notamment quand on utilise un SSD.
Mais à part ça, qu’est-ce que nous ont apporté les jeux dématérialisés ? Que des emmerdes ! Voilà ce que ça nous a apporté ! Ça prend une place monstre sur nos disques durs au point qu’on est parfois obligé de les changer ou d’en ajouter des plus gros ! Et je me fiche que les disques durs soient un des produits dont le prix baisse le plus vite au monde, c’est une question de principe, c’était quand même mieux avant quand les jeux étaient sur CD, enfin sauf pour la PSONE puisque le bloc de lecture de CD tombait vite en rade et qu’il fallait la mettre sur le dos, et sauf pour la Xbox 360 qui rayait les disques au début, et sauf pour la Gamecube qui utilisait des disques propriétaires et la rendait incompatible avec les CD et DVD normaux.

Bon et puis je râle je râle, mais c’est vrai que c’est quand même cool de pouvoir acheter des jeux à -80% un dimanche après-midi pluvieux sur Steam, il faut dire qu’un des trucs qui était mieux avant c’était…


1 - Les râleurs du jeu vidéo.

Bon je vais arrêter mes idioties deux minutes parce qu’en fait vous savez ce qui était mieux avant ? Les c’était mieux avant ! Enfin, surtout ce qu'on mettait dedans.
Avant, on râlait sur le game design, le level design, l’écriture ou la politique, parfois en donnant des raisons, parfois en essayant d’être une solution au problème.
Avant on osait râler sur tous les jeux, même les gros, même ceux que tout le monde adore, et pas que Call of Duty. Aujourd’hui on tape un peu avec les autres sur le bouc émissaire de l’année tout en caressant dans le sens du poil les problèmes qu’on dénonce ailleurs. Aujourd’hui on s’indigne pour s’indigner sur des pratiques mêmes que l’on a aidé à favoriser depuis près d’une décennie plus que pour souligner les dérives malsaines de l’industrie. Mais oublie un peu vite qu’on est la première réponse, le premier remède à toutes les plaies, à tous les problèmes évidents.
On décide plus que des gens en costard, on décide plus que les gens du marketing ou les PDG du monde. Parce que le moteur de l’industrie c’est notre argent, nos données, nos clics et nos likes et que le jour où on coupera le robinet à hype, on aura sans doute gagné le gros de nos batailles.
Mais pour ça il faudra d’abord penser à l’impact de nos achats plus qu’à hurler take my money en ressassant la nostalgie passée au moindre kickstarter de vieille gloire ou à la moindre édition collector qui sort de l’ordinaire.

Et tant qu’on y est le jour où on relèvera le nez du guidon suffisamment longtemps, on pourra aussi se dire que si nos plaintes modernes sont aussi futiles, c’est peut-être avant tout parce que c’était pas totalement mieux avant et que le catalogue de jeux actuel est plus vaste, plus varié, plus accessible que jamais avec de la came pour tout le monde que l’on soit fan de camions d’Europe de l’Est, de promenade de chiens japonais ou de quoi que ce soit entre les deux.

Enfin, moi je dis ça, mais ce jour-là j’aurai plus grand-chose à écrire dans mes petits billets moralisateurs.

Commentaires

  • Freytaw | Dernière modification :
    Amen !!! :D

    J'ai faillit m'arrêter au 5. et dire que Next-Gêne, c'était mieux avant. J'ai eu chaud !
    (le lien vers la conversion monétaire m'a aussi bien fait marrer, je savais pas qu'on trouvait ça sur l'INSEE ! Cool !)
  • Alexandre |
    Je trouve dommage que tu tournes en dérision les personnes qui peuvent penser que "c'était mieux avant", parce que, comme nous en avons discuté, les points relevés ne représentent qu'une face d'un tout qui forme une opinion globale :)

    Ca me fait penser à une amie qui a fait des études à HETIC-Paris et qui n'était pas d'accord avec moi quand j'indiquais mon désamour de la 3D au cinéma. Là où je trouvais un surcoût inutile et plus que désagréable la plupart du temps, complètement dispensable pour la compréhension d'une histoire et de son scénario, elle me m'indiquait la formidable avancée que c'était, et que cela représentait un coût. Je ne pouvais nier, mais après elle a bloqué sur la question "pour autant, ce genre d'innovation est-elle nécessaire pour le grand public ?".

    Et dans les JV je pense la même chose. Si certains procédés sont de bonnes choses à l'heure actuelle (et nous y reviendrons bientôt comme tu le sais maintenant ^^), j'ai de gros doutes sur, et bien, tout ce que je cite par exemple dans mon propre classement. Tout n'est pas à jeter c'est certain, mais certaines choses auraient pu rester dans les cartons.

    Enfin pour revenir sur ton très intéressant n°1 et comme je l'ai dit en commentaires de certains TFGA, j'ai moi-même oublier de parler de certains soucis liés à des jeux directement plutôt qu'à ceux concernant des jeux ou des licences, et pourtant je n'en pense pas moins. Heureusement, et c'est ce qui fait la richesse du concept, d'autres ont corrigé mon erreur et ont pu parler de certains symptômes dont tu parles ^^

    Et que dire quand tu parles de certains qui aiment taper sur le bouc émissaire du moment mais achète les yeux fermés le dernier épisode de leur licence favorite, sans penser que le simple fait d'acheter, c'est cautionner le manque de d'innovation et de prise de risques qu'ils peuvent dénoncer ... tiens, qu'est-ce que tu fais là Syndicate ? ;-)

    Comme 'toujours' en tout cas, un classement qui fait réfléchir et une excellente planche en intro, bravo :)
  • Pierre |
    Plus que les gens, ce que j'ai essayé de tourner en dérision ce sont les objets des plaintes actuelles des joueurs qui portent soit sur ce qui me semble être de l'accessoire (la techno, le numérique...), soit sur une perception un peu biaisée de la valeur des jeux modernes (les DLCs, le prix des jeux...) .

    Pour les innovations, finalement très peu sont imposées aux joueurs. Si tu ne veux pas de VR, n'achètes pas de casque de VR, si tu ne veux pas de motion Gaming, n'achètes pas de PS Move. Toute l'histoire de l'informatique est bâtie sur des propositions techniques, parfois géniales, parfois idiotes mais n'ont vécu que grâce au soutient des consommateurs.

    Pour reprendre ton exemple, la 3D marche au cinéma parce qu'il y a un cercle vertueux pour l'industrie en elle-même : les boites d'effet spéciaux vendent leur techno aux sociétés de productions qui vendent aux salles une raison d'augmenter leurs tarifs et aux retailers des blurays particuliers à vendre.
    Tous les multiplexes qui se respectent ont des salles 3D. Tous les gros blockbusters sont en 3D.
    Pourtant il semble que les téléviseurs 3D ne marchent pas particulièrement. C'est une différence entre ce que veux l'industrie et ce que veut le marché.

    Dans le cadre du jeu, il n'y a rien à imposer. Quand les joueurs ont boudé Kinect et le PS Move, Microsoft et Sony ont laissé tomber le motion gaming. Fin de l'histoire.

    Pour Syndicate, j'ai pas encore eu l'occasion de tester, je perds un peu plus d'intérêt pour la série à chaque épisode. Mais Ubi est une des sociétés les plus réactives au marché, je pense qu'ils méritent de se prendre une fessée sur les ventes d'un AC canonique pour vraiment repenser la formule. Mais 10 millions de ventes d'Unity/Rogue ont tendance à effacer rapidement les notes reçues dans la presse.
  • La Geek En Rose |
    Ahlala mais oui c'est tellement vrai sur le prix des jeux, on nous prend un peu pour des pigeons. Surtout que le prix qu'on paie n'est qu'une partie du jeu, car entre DLC et patchs , OMG le coût réel d'u jeu devient exorbitant.
    Chouette top ^^ je vois qu'on est tous ok sur plein de points :)
  • Pierre |
    Hmm en fait les quatre premiers points du top sont ironiques.
    Dans leur globalité les jeux vidéo n'ont jamais été aussi bon marché qu'aujourd'hui.
    Non seulement le prix de vente recommandé de 70€ n'est finalement pas plus cher que ce qu'il était il y a vingt ans (voire même plutôt moins si l'on considère l'inflation) malgré l'explosion des coûts de productions, mais surtout ce prix de 70€ est finalement plus un épouvantail qu'autre chose quand on voit les prix effectivement pratiqués par Amazon, Steam, Humble Store et autres PSN/Xbox Live en périodes de soldes. Et là je ne rentre même pas dans les jeux mobiles ou F2P qui proposent de jouer des heures virtuellement gratuitement.

    C'est sûr, il y a plus de "petits morceaux" qu'avant. DLC, épisodes, extensions, micro-transactions. Il y a de la marge pour presser les fanboys à outrance et il y a parfois de la grosse dérive de ce côté là.
    Mais dans l'ensemble je pense que dire que les jeux coûtent cher, trop cher ou plus cher qu'avant n'est pas tout à fait correct.