> Le webcomics trop bien sapé

Parents divorcés

Parents divorcés
Pierre
Aucun commentaire
De temps en temps dans le jeu vidéo on tombe sur des petites aberrations, des situations qui vont à l’encontre de de la bienséance, des concepts vaguement contre natures comme le fait que Sony ou Microsoft se décident à faire des consoles de jeu ou qu’un jeu Sonic puisse sortir sur une console de Nintendo, ou qu’une partie de League puisse se terminer sans que qui que ce soit ne se fasse copieusement insulter.

L’idée que les abonnés Xbox Live et PS+ puissent un jour jouer ensemble depuis des consoles différentes fait partie de ces licornes qui auraient fait bien rigoler il n’y a pas si longtemps que ça.
Et pourtant, aujourd’hui l’histoire semble loin d’être hors de portée et peut-être qu’il suffirait d’un peu de bonne volonté pour en voir le bout.

Mais hélas la bonne volonté c’est sans doute ce dont les acteurs disposent le moins dans cette industrie.

A ma gauche Microsoft, chauffé par son propre concept de cross-play Xbox-Win10 qui a vu ses parts de marché fondre comme un cornet de glace au soleil de midi et qui a émis l’hypothèse que peut-être ce ne serait pas fondamentalement une trop mauvaise idée que de ne pas perdre ses abonnés actuels au profit de Sony pour une vague histoire communautaire.
Alors évidemment, pour annoncer des bombes pareilles il faut un sacré diplôme en diplomatie internationale, donc on prend la petite porte, la petite voie et on s’adresse en catimini à ceux qui savent.
Et ceux qui savent en l’occurrence ce sont les développeurs indépendants qui lisent les communiqués rédigés à l’occasion de la Game Developers Conference.
C’est donc ce bon Chris Charla responsable du programme ID@Xbox qui dit répond à la demande de développeurs qui en ont un peu marre de faire du code réseau qui interdit aux joueurs Xbox Live de voir les autres pourtant souvent hostés sur le même serveur. Et de balancer que Rocket League, dernier chouchou des médias et autres influenceurs, pourra être joué contre des joueurs PC et qu’une invitation aux autres réseaux de jeu en ligne est lancée à qui voudra la saisir wink wink nudge nudge.


Et au petit jeu du Wink Wink Nudge Nudge, Sony est pas mauvais non plus et a bien compris que l’invitation n’était pas adressée à la communauté de joueurs Linux mais à l’autre console sur laquelle Rocket League fait un carton. Et pour la marque japonaise qui n’a jamais totalement réussi à asseoir la qualité de son service de jeu en ligne et qui a bien dû se résoudre à bloquer le jeu en ligne pour pouvoir enfin vendre des abonnements le mouvement ne serait pas un mauvais calcul, après tout, l’intégralité des 48 millions d’abonnés Xbox Live ne vont pas subitement acheter une PS4 pour faire du Minecraft avec leurs vieux potos.
Mais là encore on joue avec de la dynamite et se montrer un poil trop enthousiaste pourrait conduire à une posture un poil délicate pendant d’hypothétiques négociations, et on se fait plaisir chez Sony aussi pour répondre que mais non mais non, on est ‘achement ouvert à toute forme de cross-play avec d’autres réseaux et que c’est définitivement une conversation qu’on est prêt à avoir et d'ailleurs on l'a déjà fait avec nos grands buddies de chez Valve.

Et si chacun de son côté peut voir un intérêt à linker son réseau à celui du voisin, c’est sans doute l’idée de former le plus gros réseau de jeu en ligne qui intéresse collectivement. En admettant que le online de la Wii n’est pas un réel compétiteur, Sony et Microsoft seraient alors dans une bien jolie position d’alliance stratégique qui confine à l’entente avec tout ce que cela implique pour les abonnés respectifs.

Mais peut-être que je vois le mal partout et que je devrais juste me féliciter de pouvoir bientôt péter les scores de mes amis PS4 à Peggle 2.

Aucun commentaire