> C'est pas top, mais toujours mieux que la concurrence

Prédictions

Prédictions
Pierre
Aucun commentaire
J’étais très content de tomber sur les éditions collectors de Resident Evil et Mass Effect qui ont la particularité de ne pas inclure le jeu.
Bah oui, c’est quand même beaucoup plus simple si on n’a pas besoin de faire trois versions différentes du même coffret ; ça évite de multiplier les références à vendre aux FNAC du monde. Et puis au passage ça permet de filer quelques exclusivités sur le bundle sans trop fâcher les autres.

Mais en réduisant l’édition pour collectionneurs, pour fans accros en quête de l’expérience ultime à un simple sac à goodies borderline jouets sous licence, les éditeurs dépossèdent le jeu de son statut d’objet de culte et le fan de son statut particulier à même de chérir la version ++ de son jeu fétiche et donc d’avoir ce lien direct au produit final.

Et pour cause, plus les éditions collectors sont chères, plus la part que se réservent les revendeurs augmente, et plus il devient tentant pour les éditeurs de tout miser sur des éditions numériques sans stocks, sans réassort, sans occasion et sans clients mécontents. Surtout depuis qu’on a découvert qu’il est possible de vendre des versions numériques « collectors » à une centaine d’euros avec uniquement des goodies sous forme d’objets ou missions in-game qui ne coutent pas un rond à dupliquer et qu’on peut vendre en plus de la version collector physique sans jeu, du coup. Et la boucle est bouclée.

J’étais même prêt à en tartiner des paragraphes entiers de vieux réacs sur la victoire désormais totale de Steam et des soldes qui ont donc aussi eu raison des éditions collectors et de cette triste, triste époque où les gosses pensent à leurs jeux en gigas sur un disque dur quelconque plutôt qu’en boitier produit avec amour.

Et puis on s’est rendus compte qu’en fait, cette petite blague sur les éditions collector qui ne contiennent pas le jeu, on l’a déjà faite il y a un an et demi. Comme quoi, il y a bien qu’en termes d’idées stupides qu’on a de l’avance.

Il ne me reste plus qu’à souhaiter bien du succès à ces éditeurs aventuriers, parce que des nouveaux moyens de rentabiliser les AAA, il va bien falloir en trouver si l’on en croit les premiers ramassages fulgurants de la saison. Après le flop de Deus Ex, de Gears of War, de Tomb Raider 20th, c’est au tour de Titanfall 2, Watch Dogs 2 et Dishonored 2 qui tous ont pour point commun d’avoir été bradés entre -35 et -50% quelques semaines seulement après leurs sorties respectives.

Est-ce que les gens sont encore échaudés de leurs achats massifs de Battefront l’année dernière ? Est-ce qu’à force de racheter du GTA et du Skyrim les joueurs n’éprouvent plus le besoin de passer à des nouveautés ?
Est-ce que les suites léchées n’ont plus la côte face aux casques de VR et aux extensions de jeux vaguement persistants en ligne ?
Est-ce qu’on est en train d’assister à un AAApocalypse qui va mettre à genou tous les éditeurs qui investissent dans du gros budget tous les ans ?

Une chose est sûre, il faut s’attendre à voir débarquer de plus en plus de petites productions faciles à rentabiliser et de méga-licences connectées supportées par des années d’extensions diverses et variées.
Et des éditions collectors sans jeu, beaucoup d’éditions collector sans jeu.

Aucun commentaire