> Le webcomics sans DRM

La Moustache

La Moustache
Pierre
Aucun commentaire
Avant c’était simple.
Les consoles de la génération précédente étaient labellisées HD, et même si ce n’était pas entièrement vrai, on avait pour la première fois un signal vidéo potentiellement haute définition. Les éditeurs n’ont donc pas mis très longtemps à comprendre qu’ils pouvaient ressortir des jeux déjà développés, sans doute déjà amortis et rentabilisés, pour une bonne quarantaine d’euros.
Un petit HD sur la boite et zou, on présente une expérience inédite, du jamais vu, une renaissance pour vos vieux classiques qui prennent tout leur potentiel avec 720 pixels de haut.

Aujourd’hui c’est plus pénible.
Les nouvelles consoles ont la même résolution et le même label "HD", alors comment vendre les ressorties de jeux, comment justifier une hausse de prix ?

Square Enix a trouvé la parade avec Tomb Raider : quelques textures de meilleures qualité, quelques effets de particules et, pour une raison étrange, un tout nouveau visage pour Lara Croft, comme ça offert par la maison.

Lara Croft
Le nouveau model 3D de Lara.


Technique intéressante que de réinvestir dans le développement du jeu malgré les ventes décevantes mais au retour sur investissement finalement positif.
Un petit lifting sera-t-il suffisant pour convaincre les gens qui l’ont déjà fait sur PS360 de racheter le jeu au double du prix sur next-gen ? Ou bien est-ce juste une tentative d’éviter les foudres d’une presse de toute manière pas bien prompte à râler sur les portages faciles ?

En tout cas l’astuce est loin de fonctionner pour tout le monde, y compris Microsoft qui n’a pas souhaité amener son remix HD de Fable sur une Xbox One qui aurait pourtant bien besoin d’un bon action RPG avant que les gosses d’aujourd’hui ne considèrent Skyrim comme un standard.


C’est aussi le problème des Finlandais de Bugbear qui tentent depuis plusieurs mois de ressusciter leur Flat-out sans la licence mais avec le nom anti-vendeur de Next-Car Game. Après un appel au don sur son site, une tech demo, un lancement des précommandes, une campagne kickstarter avortée, c’est maintenant entre les mains expertes du désormais très populaire Steam early-access que le studio place ses espoirs.
Mais quelle place en 2014 pour un Flat-out 3 ? Qu’est-ce qui peut réellement améliorer la recette d’un jeu de course bourrin et old school qui se partage entre conduite exigeante et chance absolue ? Un peu plus de particules ? Des pare-chocs plus détaillés qui se détachent ?

Pour la petite histoire, j’avais promis quelques dollars pendant le kickstarter qui ne m’ont jamais été débités faute d’avoir atteint l'objectif fixé. Depuis, je reçois à peu près toutes les semaines un mail me remerciant de croire au projet et me tenant informé de la progression du jeu. Je me sens un peu mal à chaque fois alors si un lecteur bienveillant pouvait pré-commander le jeu, ce serait bon pour mon karma.

De toutes façons ce débat pourrait devenir obsolète rapidement, si l'on en croit les avancées de Sony sur Gaikai Playstation Now et sa capacité à streamer des jeux PS3 sur PS4, Vita et télés connectées. Nul doute que Microsoft bosse sur la même chose de son côté et que des montagnes de pognons ont du couler dans la R&D depuis la présentation d'une version d'Halo 4 tournant en streaming en septembre dernier.

On pourrait dès lors rêver de ne plus racheter les jeux des générations précédentes plein pot sous prétexte d'un pauvre remix HD, mais au contraire accéder à toute une bibliothèque contre un abonnement récurrent façon Netflix.
Ho, je ne dis pas qu'on arrêtera de se faire tondre la laine sur le dos pour autant, mais au moins nos connexions internet et abonnements à des services de jeu pourraient être mis à profit sérieusement. Du moins, quand ça marche. Parce qu'entre les bridages opérateurs, les problèmes de service, les brèches de sécurités et les droits, pas sûr que tout le système soit aussi fluide que prévu pour les consommateurs.

Mais vous savez, avant, c'était simple.

Aucun commentaire