> Le Blog BD qui n'a pas besoin de Uplay

Second chance

Second chance
Pierre
1 commentaire
Les dinosaures sont, pour une raison que je ne m’explique pas, un des univers les plus sous-exploités du jeu vidéo. Des Space Marines ? Autant qu’un curé peut en bénir. Des Zombies ? Absolument partout. La guerre moderne ? Trois fois par an.
Mais des dinos ? Que dalle !
Comme si 65 millions d’années après le météore et 20 ans après Jurassic Park 3, la série et le reboot de Turok ont une nouvelle fois anéanti les dinosaures. Du monde virtuel cette fois-ci et sans procès, façon Guitar Hero des grands jours : merci d’être passé, mais sérieusement on vend quand même vachement plus de jeux quand on y fout des mort vivants, bisous.

Alors on peut râler tant qu’on veut sur le manque de représentation des femmes dans les jeux, mais alors niveau dino c’est plus que la disette.

Quiconque a déjà vu Jurassic Park sait pourtant que…
Non. Soyons sérieux, quiconque a vu la scène des raptors dans les herbes hautes de Jurassic Park II, sait très bien que les dinos sont parmi les adversaires les plus intéressants qui puissent être dans un FPS. Ça court vite, c’est méchant, imprévisible, ça pousse des cris qui font froid dans le dos, ça se déplace en meute, ça sait ouvrir les portes et, naturellement, c’est très malin.

Et donc utiliser les dinos comme ennemi de base était une excellente idée du jeu Orion: Dino Beatdown. C’était malheureusement la seule bonne idée et le jeu a été roulé dans la boue tant par les critiques que la communauté.
Pour essayer de sauver l’idée, les devs de Spiral Games ont décidé de manière plutôt maline de rebosser leur copie, de patcher ce qui pouvait l’être et de ressortir le jeu sous le nom de Orion: Dino Horde.

C’est ballot pour ce plan bien huilé, mais pour une fois dans cette industrie les gens ont décidé d’être un peu moins idiots qu’à l’accoutumée et personne ne s’est laissé prendre au piège : metacritic a vite fait de relever la supercherie pour fusionner les notes.

Orion: Dino Horde a beau avoir été amélioré constamment (ou pas) depuis puis la release de Dino Beatdown en 2012, il se traîne encore les casseroles de sa sortie.

Et pour contourner le flot d’avis dégueulasses et la mauvaise presse, l’équipe n'a pas renommé le jeu Orion: Dino Honte mais a dégainé la carte de la communauté dans un trailer absolument incroyable de naïveté dans lequel des citation tirées de la communauté essayent de dédouaner le jeu en jurant sur l’honneur que mais si en fait le jeu est pas si mal et qu’il faut pas écouter les critiqueuh!

Moi en tout cas ça m’a largement convaincu, j’ai acheté le jeu et me suis retrouvé dans une pièce de musée comme on en fait plus.
La direction artistique est garantie 100% mauvais goût, l’interface est un modèle d’inergonomie, les animations sont à la ramasse, le gameplay ne propose qu’une chose : résister à des vagues d’ennemis en rebootant de temps à autres un générateur.

Bref, comme dit par la terre entière et comme prévu ça ne casse pas trois pattes à un motherfucking ptérodactyle mais évidemment il y a des jetpacks, des véhicules, du multi et des dinos, alors forcément c’est parfait.

Commentaires

  • Loca |
    Et bah alors, la suite???

    Et sinon : les jetpacks c'est bien. Dommage que le jeu crashe soudainement sans raison, sinon je pense qu'il y aurait vraiment bien moyen de passer de bons moments sur Dino Machin (tm). Fichus ptérodactyles.