> Le webcomics qui a une conception vague de lundi et jeudi

Microsoft's Wild Hunt

Microsoft's Wild Hunt
Pierre
Aucun commentaire
C’est quoi l’évolution ?
Darwin nous dit que c’est la capacité d’une espèce à s’adapter à son milieu et la propension de la nature à sélectionner les individus les plus forts, les plus aptes à la survie en laissant mourir et ne pas se reproduire les plus faibles, les plus inaptes au milieu.

Et bien heureusement pour Microsoft que cette théorie ne s’applique pas aux consoles de jeux, parce que la survie de la Xbox One serait largement mise en doute. Plus grosse, moins capable que ses ainées, la machine est un vilain petit canard terminé à la sueur du rush de dernière minute plus qu’à la réflexion à long terme.

Les papas et mamans de la machine ont beau tenter de lui apprendre deux trois tours tous les mois, il semble que le sale gosse est un peu obstiné et refuse de se soumettre à ce qu’on pensait être standard il y a 12 ans.

Alors c’est vrai qu’il faudrait être un peu de mauvaise foi pour ne pas reconnaître les efforts d’upgrade, sur les 87 suggestions du site de fan Xboxfeedback, 49 ont été réalisées au cours des précédents mois. La logique de crowdsourcing des idées d’updates et autres améliorations n’est d’ailleurs pas tombée dans l’oreille d’un sourd puisque Microsoft a lancé son propre site, le très officiel feedback.xbox.com.

Tous les 30 jours donc, comme le coucou d'une horloge suisse, la liste des nouvelles features tombe. Et avec elles, les fameuses versions preview du nouveau dashboard que les hordes de fans s’empressent de tester pour le compte d’un Microsoft qui pour le coup fait de sacrées économies de QA.
Puis les updates cassent un peu la machine, les gens se plaignent, d’autres updates tombent, les gens téléchargent, remplissent les questionnaires de satisfactions et quand on est bon, zouu, c’est livré à la plèbe.

Une méthode relativement efficace mais qui semble encore passer à côté de fonctionnalités essentielles ou qui se retrouve à faire du grand n’importe quoi.

Deux exemples hallucinants de connerie : la lecture de fichiers externes et Xbox Music.

La lecture de fichiers multimédia, c’est un peu la grosse lose de la vision media center de la console. Ok, on peut regarder la télé (si on a un décodeur TNT avec sortie HDMI…), ok on peut jouer et on peut télécharger de la VOD/écouter de la musique pour peut que l’on sorte la carte de crédit. Mais merde, l’idée principale d’un media center, et à vrai dire la base de Windows Media Center, qui était intégré à la Xbox 360, c’était bien de pouvoir lire tous types de fichier, y compris les trucs louches pas nécessairement légaux.
On comprend tous très bien l’intérêt pour Microsoft de pousser un peu Xbox Video et Xbox Music, mais il serait bien idiot de croire que l’on peut s’imposer dans les salons sans proposer aux gens d’au moins voir leurs photos de vacances sur leur téloche.

Alors Xbox a écouté, Xbox a travaillé et Xbox a proposé une appli chargée de lire les contenus multimédia dont les images, vidéos et musiques dans une variété de formats impressionnante et suspicieusement Tipiak friendly.
Mais dans le genre faignasse de chez faignasse on tient du lourd : impossible de sélectionner la piste de sous titre depuis un .SRT ou un .MKV, formats vidéos souvent non reconnus, impossibilité de copier la musique dans le disque dur de la console ni même de lire en streaming depuis un ordinateur ou un serveur média (comme la 360 le faisait nativement). Pas possible non plus de lire le média en background pour remplacer la soundtrack du jeu comme le faisait la première xbox il y a 12 ans de cela.

On peut se dire que ça va arriver, que ça va s’améliorer, mais si la fucking freebox révolution gère tout ça de manière fluide, fonctionnelle et presque intuitive, pourquoi cela pose-t-il tant de problèmes au géant du système d’exploitation mondial ?

Peut-être pour l’appât du gain nous dit Xbox Music, l’autre fail de la console qui ne propose sur que la possibilité de s’inscrire pour un abonnement à 9€ par mois ou bien de se contenter d’extraits de musiques de 30 secondes alors que la version web propose 10h de stream par mois.

Non seulement c’est idiot et mal pensé du point de vue du business model, mais c’est ne pas prendre en compte la console dans son ensemble, puisque son navigateur internet permet bel et bien de se connecter à un service musical en ligne comme Spotify, Google Music ou… Xbox Music.

Quand on en est à devoir lancer un navigateur pour lancer la version web d’une app pour contourner les limitations d’une app musique native dont le nom contient fucking Xbox on est en plein dans une régression fonctionnelle qui aurait fait se dresser quelques cheveux sur le crane de Darwin.

Enfin, ça c’est à supposer que Darwin n’ai pas été obnubilé par la possibilité de précommander et précharger Destiny. En édition collector, cela va de soi.

Aucun commentaire