> Le Blog BD où le vent ne souffle jamais

Philanthropie difficile

Philanthropie difficile
Pierre
Aucun commentaire
Twitch est un train que je n’ai jamais pris en marche.

Je sais bien que c’est un business à plusieurs milliards de dollars, je sais aussi que c’est un des nouveaux piliers de tout mix de communication qui se respecte.
Je sais bien que c’est la pierre angulaire des jeunes et moins jeunes joueurs qui découvrent leurs jeux à travers leurs streamers favoris.
Je sais aussi que le succès de ces petites blagues pousse à toujours plus d’intégration au sein du processus de développement des jeux et que d’ici quelques années chaque gros jeu multijoueur permettra aux spectateurs d’interagir directement avec leurs présentateurs favoris depuis la fenêtre de chat.

Je sais tout ça, et pourtant la mayonnaise ne prend pas.
Je déteste arriver en cours de route et ne pas comprendre ce qui se semble faire marrer tous les viewers.
Je déteste arriver à l’heure et entendre le présentateur passer son temps à répéter ce qu’il est en train de faire pour les abrutis qui prennent en cours de route.
Je déteste cette page d’accueil qui me lance des types à l’œil vitreux et au vocabulaire limité à 2000 mots beugler des insultes dès que la page s’est chargée.
Je déteste la liste des jeux les plus streamés qui célèbre un diktat mainstream d’une uniformité désespérante.
Je déteste le constant appel aux dons qui font croire que bouhou commenter ses parties de jeux vidéo le cul sur un fauteuil qui vaut un smic c’est un sacré travail qui mérite rémunération.
Et bien évidemment, je me déteste de n’avoir pas sauté sur l’opportunité de montrer ma bobine plutôt que de tenter vainement de faire des films scénarisés.

Bref Twitch c’est loin d’être ma came, mais visiblement c’est la came de beaucoup de monde à commencer par Jeff Bezos et le board d’Amazon qui commencent à intégrer le service dans une offre beaucoup plus globale qui a du sens.
Exit donc Twitch turbo le service premium de Twitch et bienvenue à Twitch Prime, extension incluse à l’inévitable abonnement d’Amazon qui propose de dégager les pubs, d’obtenir des goodies in-game, des jeux gratuits et évidemment des badges et émoticons de luxe. Royal quoi.

Plus intéressant pour la petite économie interne au réseau social : la possibilité à tous les membres de s’abonner chaque mois à la chaine de son choix gratuitement.
Dans les faits, le membre Prime accède donc aux frais d’Amazon au statut princier d’abonné à 5 balles et tous les perks associés dont sets d’émoticons (encore), badges (toujours) et accès privilégiés au chat qui permettent donc de distinguer la plèbe des vrais, des durs, des bonhommes.

Quant au streamer qui reçoit un abonné Prime, il est tout de même payé au tarif en vigueur. Autant dire qu’avec le pool d’utilisateurs abonnés d’une manière ou d’une autre à Amazon Prime, le nouveau grand jeu des twitcheurs du monde consiste plus à convaincre les gens de leur reverser leur obole gratuite que de se mettre à sortir la carte bleue de maman.

Et c’est précisément là que mon bât blesse : depuis trois mois j’arpente précautionneusement les ruelles sombres du site sans tomber sur un streamer à qui distribuer mon abonnement gratuit. Ceux que je connais personnellement sont trop petits pour activer l’option. Ceux que j’apprécie ont l’éthique suffisante pour ne pas s’adonner à de telles plaisanteries. Ceux que je découvre sont en général des papas qui ont l’air encore moins au courant que moi de ce qu’il est possible de faire sur cette obscure plateforme.

Alors des PGM au regard vitreux qui hurlent à la mort pour s’entendre eux-même par-dessus leurs casques Plantronics bien trop gros pour leurs petits cous, oui beaucoup. Des filles qui tâtent un peu de Minecraft ou de Planet Coaster en passant plus de temps à réajuster l’angle plongeant de caméra vers des décolletés qui ne le sont pas moins, oui aussi. Des sites web ou équipes de malfaiteurs qui me détroussent professionnellement le reste de la semaine, oui évidemment. Tous ceux-là demandent, tous ceux-là réclament.

Mais tous ceux-là sont aussi ma raison principale de regarder passer le train Twitch depuis le bord.
Je remettrai peut-être en jeu mon abonnement gratuit le mois prochain, enfin si j’y pense.

Aucun commentaire