> Le webcomics qui n'a pas été kickstarté

L'infiltré

L'infiltré
Pierre
9 commentaires
Ahh, ce bon vieux Borderlands.
Pour une raison bien floue, le jeu (et sa suite) est encore classé par l’ensemble de la profession comme un shooter. Amazon le vend comme la « nouvelle référence du jeu de tir », Wikipédia le classe en « jeu de tir à la première personne », même Nofrag se défendant pourtant constamment de couvrir autre chose que des FPS a réalisé un test en bonne et due forme de Borderlands se demandant au passage pourquoi les combats « ne ressemblent à rien ».
La raison est pourtant claire : Borderlands n’est pas un jeu de tir, c’est un jeu de rôle, dont la caméra est placée sur le joueur.

Pourtant, au-delà de cette petite innovation, tout est d’un classicisme parfait avec respect scrupuleux des règles du (MMO)RPG : l’acquisition d’expérience, la division par niveaux, les ennemis dénués d’IA, la gestion de l’inventaire avec loot permanent, les missions ennuyeuses confiées via des textes que personne ne lit, la présence de coups critiques, le skill-tree, les classes archétypales etc.
Il lui manque pourtant une histoire structurée, intéressante et accrocheuse donnant un sens à l'idée même de jeu de rôle. Ainsi que la capacité de donner un poil de personnalité à son personnage, pour se sentir ne serait-ce qu'un peu concerné par ce qui se passe à l'écran.

En termes de shooter le jeu fait un travail faiblard avec peu d’intensité, des armes dénuées de sensations, une absence totale de précision et une mise en scène souvent passive.
Jouer pour le feeling de la fusillade ou pour l'adrénaline des affrontement n'est donc pas suffisant.

Pourquoi vouloir absolument le classer en FPS alors ?
Sans doute parce que le paysage des FPS contemporains est suffisamment triste pour que tout ce qui ne ressemble pas à une nouvelle variation sur le thème de la guerre moderne est littéralement portée aux nues comme un coup de génie sans précédent.
Ou alors parce que l’industrie est une grande famille accro aux Doritos et aux consensus mous.
Va savoir.

Commentaires

  • Uman |
    Hey, je viens de decouvrir ce ticket et ce blog par la meme occasion.

    Je ne comprend pas pourquoi vous associez Borderlands a un MMO, et, oui, c'est un FPS (FPS/RPG pour etre precis).
  • Gomo | Dernière modification :
    Parce que son gameplay est celui d'un MMORPG et pas celui d'un FPS : pour gagner il suffit d'avoir un max de points d'XP dans ton arbre de compétence et ramasser des armes qui font beaucoup de dégâts. Pas besoin de savoir viser ou d'avoir de bons réflexes.

    En fait, ça se voit tout de suite en coopération. Les ennemis sont du niveau du joueur qui hoste la partie. Si un des joueurs a un niveau franchement inférieur à celui de l'hôte, ce joueur ne pourra rien faire contre les ennemis. Quelque soit ses réflexes ou sa précision.

    Sinon Forbes avait balancé un article sur Gearbox et ses magouilles sur Borderlands et Aliens: Colonial Marines. Malheureusement, ils parlent pas des financements pour les développements d'Aliens, le dernier Brother in Arms annulé, Duke Nukem Forever et Borderlands.
  • uman |
    Cela reste un jeu de tir contrôlé a la première personne.

    Ensuite, je suis désolé, mais ce n'est pas un MMO (qui se traduirait ici par quelques instances persistantes du monde ou les joueurs vont et vienne). Un CO-RPG, a la limite.
  • Gomo |
    Vu que ce sont les points (XP, dégats, etc.) qui comptent plus que le tir (précision, réflexes du joueur...), Borderlands est un RPG en vue à la première personne, mais pas un FPS.
    C'est exactement comme les derniers Elder Scroll, sauf qu'au lieu de mettre des épées ils ont mis des mitraillettes.

    Sinon on ne dit pas que c'est un MMORPG mais qu'il en reprend scrupuleusement le gameplay.
  • BH |
    @Uman : Quand je parle de MMO, je veux juste dire qu'il reprend des mécanismes de quêtes archaïques qui n'existent guère plus que dans les MMO; va me tuer 5 monstres de tel type, va me chercher 10 plumes qui droppent (parfois) sur tel type de mob; va me dégager telle section de niveau en tuant 20 ennemis etc. Le tout donné à travers une interface textuelle.

    Je ne suis pas spécialement un aficionados des RPG traditionnels mais tous ceux auxquels il m'a été donné de jouer récemment arrivaient à s'arracher de ces idioties et à proposer des quêtes un poil plus engageantes.
    Il va de soi que je ne parlais pas de persistance du monde ou du nombre de joueurs présents.
  • Uman |
    Skyrim a des quetes dans ce genre aussi, c'est specifique aux RPG en general.
  • Spay | Dernière modification :
    Moi j'aime bien les quêtes des MMORPG que tu qualifies "d'idioties", du genre tuer 5 loups et récolter 10 pommes. Depuis que WoW a essayé de se diversifier en proposant des quêtes qui sortent un peu de cette routine, bah ça me plait moins. J'trouve que ça colle vraiment bien aux MMOs et à un certain type de RPGs en général.
    Amalur récemment est très typé quêtes de meuporg et j'adore. C'est du farm bête et méchant, où tu sens une montée en puissance très addictive à mon sens.

    Après Borderlands n'a vraiment que ça d'un MMO donc bon. Moi j'ai adoré le premier, ptetre un peu répétitif, mais très fun et drôle. J'ferai le 2 en GOTY.

    Ceci dit le côté FPS de borderlands est très important, pour le premier en tout cas, et c'est vraiment je trouve un FPS à part entière. DAns le premier, quand tu finissais le jeu une première fois, tu débloquais le parcours 2: le même jeu en plus dur. Et là, si tu jouais comme un manche, bah ça passait pas...
  • BH |
    Ha mais t'as le droit d'aimer grinder pendant des heures, mais d'un point de vue game-design c'est au ras des pâquerettes; c'est ce qu'il y a de plus plat et de plus idiot. Un mec qui vient en meeting en disant "hey, et si on demandait au joueur de tuer 20 fois le même monstre en échange de 20pts d'XP ?" devrait avoir honte.
    Après on ne fait pas des jeux de 250 heures en étant innovant, malin et doué tout du long, ça c'est certain.

    Quant au skill de FPS, je maintiens, il n'y en a pas. La vie remonte toute seule, les tirs n'ont pas d'effets sur les ennemis avant leur mort, les armes n'ont aucune puissance et le level design en général empêche d'avoir la moindre stratégie (cf les grandes plaines vides qui composent 85% de chaque niveau). Et je m'en tape pas mal que le fait d'augmenter les HPs et le nombre d'ennemis rende le tout plus dur. Ça n'en fait pas un shooter pour autant dans la mesure où si ton level et ton stuff sont adequats, il sera possible de terminer le niveau avec ou sans skill.
  • Spay | Dernière modification :
    Pour le grind, c'est agréable seulement si l'univers dans lequel tu évolues l'est. Ca l'était pour les jeux que j'ai cité (WoW et amalur, mais surtout WoW) donc ce fut un régal. Y a certains jeux où ça passe carrément pas. Et je suis d'accord, niveau gamedesign c'est pas cherché bien loin.

    Pour en revenir sur Borderlands:
    C'est pas un FPS qui vise à être compétitif donc forcément la notion de skill personnel est réduite surtout qu'on est en train de parler d'un jeu sorti en plein dans l'ère de la casualisation.

    Mais après (à moins que ça ne te dérange pas de crever 100x en 1 minute) faut savoir se démerder, utiliser les perks de ton perso au bon moment, viser sur l'ennemi (un peu quand même ! :D), savoir quand se cacher, etc etc.
    Tu peux pas juste foncer dans le tas en maintenant ta gâchette.
    J'ai une pensée pour le boss à 4 du DLC de l'armurerie de Knoxx, qui, si on le fait sans tricher, est bien bien galère et tendu.
    De même, le DLC pérave qui reconstitue trois arènes avec une sorte de mode "horde", montre bien que c'est la grosse galère indépendamment de ton stuff.

    Après c'est sûr que si tu te ramènes avec une arme modée qui fait 1565465410pts de dégâts par balle à une cadence de 100 tirs par seconde ça va plus trop être skill.


    Si on suit ton raisonnement, quelqu'un qui est une grosse grosse merde aux FPS en général pourrait facilement se balader dans TOUT le contenu du jeu.
    Et franchement, je pense pas que ce sera si facile pour lui ;)

    Alors après, c'est sûr que tu repop à l'infini, que les armes n'ont pas assez de particularités pour devoir vraiment s'adapter à chacune d'elles, etc.. Mais comme je l'ai dit, un joueur qui sait jouer finira plus vite et plus facilement le jeu, c'est pas pour rien.
    Je suis mort tellement plus souvent sur Borderlands en P2 que Halo Reach en légendaire...

    "Jouer pour le feeling de la fusillade ou pour l'adrénaline des affrontement n'est donc pas suffisant."

    Question de point de vue, j'peux te dire qu'en coop on a passé des moments palpitants avec mon pote ;)

    Pour finir, je dirai qu'on est bien d'accord, c'est pas le jeu de tir super skill de la mort pgm inside, loin de là, c'est pas le Super Garçon-Morceau-de-viande du FPS... Mais pour moi, il propose, en partie, un certain challenge et gameplay qui lui font mériter son appellation de FPS.