> C'est pas top, mais toujours mieux que la concurrence

MMO Clodo

MMO Clodo
Pierre
Aucun commentaire
C’est quand on radote qu’on dit des choses intéressantes, disait Lelouch, à chaque fois qu’on se répète on est un peu plus sûr de ce qu’on dit. Si c’est à moitié vrai j’imagine qu’ubi doit devenir sacrément bon au sujet de son game design en open world.
Alerté par le nombre suspicieusement élevé de commentaires positifs à propos de The Division, j’ai décidé de me relancer dans la beta, et voir ce que les autres ont vu que j’avais bien pu manquer la première fois, après tout, il n’y a que les abrutis qui ne changent pas d’avis.

Mais si j’étais bien décidé à changer d’avis, il a été très clair très vite qu’ubi n’avait pas l’intention de changer le contenu de sa beta qui comprenait peu ou prou les mêmes options et mêmes missions. Je n’irai pas jusqu’à dire que le contenu était complètement identique, des patchlogs longs comme un jour sans pain doivent prouver le contraire mais le tout sentait quand même bigrement le renfermé. De fait et devant l’horrible perspective d’avoir à me refader les mêmes premières quêtes à base de couloirs et d’IA idiote j’ai décidé de faire un tour du côté du matchmaking et de m’adjoindre les services de deux compagnons d’infortune et en avant toute solidaires dans la misère.

Et ‘en avant toute’ était visiblement le leitmotiv de mes deux alliés mutiques qui devaient sans doute streamer un speedrun sur leurs comptes twitch tant j’avais du mal à suivre le rythme. En retard, à la bourre, pas bien sûr de ce qui se passait, j’arrivais généralement juste à temps pour faire les poches des corps encore chauds qui traînaient sur le macadam pendant que les deux autres se jetaient en direction de l’objectif comme deux chiens truffiers lancés en pleine saison. Tant et si bien qu’une division des taches toute warframienne s’est mise en place : je me chargeais de trouver les logs et autres conneries censés raconter l’histoire du jeu pendant que les deux autres nettoyaient le terrain, le partage de l’XP faisant le reste et m’évitait les affrontements mous du slip où des types à bonnets encaissent plusieurs grenades sans broncher jusqu’à ce que leur PV aient le bon gout d’atteindre zéro.

En parlant de bonnets, mon looting intense m’a permis de mettre la main sur bien plus d’options de personnalisation que j’en avais découvert la première fois, le problème étant que le seul style validé par la team Ubi est celui du Hobo with a shotgun tendance sous-vetements d’hiver Décathlon. Parkas, anoraks, bonnets, chapkas, bottes qui tiennent le coup, tout se ressemble et tout se décline du gris souris au marron next-gen. J’imagine que les fashionistas devront passer à la caisse pour obtenir du stuff un peu différent à la boutique ingame ou via DLCs.

Et si toute la bonté de la coop et ses bonnets pur laine vous ont réchauffé le cœur quant à l’esprit joyeux du jeu attendez un peu de mettre les pieds dans la Dark Zone, partie en open PVP où tout un chacun doit looter du stuff qui ne sera sécurisé qu’en l’accrochant aux hélicos de la zone d’extraction dans une version nettement moins fun du fultonnage de MGS. Le concept est assez aguicheur puisque le jeu ouvre d’intéressants moments de duels à la mexicaine où des types visiblement équipés d’items de valeur (du moins assez de valeur pour vouloir les extraire) sont à la merci les uns des autres. Évidemment tout cela était sans compter sur la connerie du joueur en ligne moyen qui après avoir fait son zerg rush sur les bots dans la campagne ne voit pas réellement de raison de retenir la sauce dès qu’il peut tirer sur d’autres joueurs.

Résultat il ne m’a pas fallu faire plus de 20 mètres dans la Dark Zone pour sentir du plomb venir le chatouiller le postérieur. Après m’être mis à couvert et passé quelques secondes à essayer de savoir si l’importun cherchait vraiment les noises ou s’était juste trompé de bouton (ça arrive souvent dans un jeu qui croit à l’utilisation du double clic au pad), il a fallu me rendre à l’évidence : ça allait clasher sec. Et qu’importe si mes poches étaient alors plus vides que la tête d’un youtuber, il en allait de mon honneur de beta testeur de ne pas me laisser faire.

C’est avec la confiance du type qui veut protéger sa réputation, qui a un niveau de plus au compteur d’XP et une sulfateuse rare fraichement lootée entre les paluches que je suis sorti de ma planque pour arroser mon duelliste qui s’est effondré comme une poupée de chiffon dans un décor embrumé particulièrement glauque.
Malgré la légitime défense avérée, je me suis presque senti mal pendant un moment, puis j’ai vu l’énorme bonus mauve envahir l’écran et me faire gagner 5 niveaux de Dark Zone instantanément dans une gerbe de félicitations.

Comme quoi, dans ce Division, une chose est sûre : la morale ubisoftienne est sauve, une fois de plus.
Gomo
Aucun commentaire
Petite planche bonus pour nous excuser du retard de deuxième planche de cette semaine.

Bonus
True story

Aucun commentaire